Jusqu'à présent les niveaux de nos lacs de barrage étaient très bas, si bien que poissons blancs et carnassiers étaient concentrés. La pêche restait difficile et il fallait attendre les bons créneaux d'activités pour multiplier les touches. Mais depuis fin octobre, les précipitations régulières ont permis à nos cotes de lacs de remonter rapidement avec un gros brassage des colonnes d'eaux. Les poissons se sont alors dispatchés et on arrivait à les retrouver un peu dans toutes les hauteurs d'eau. Depuis, le froid est venu rétablir l'ordre avec des eaux qui ont subitement chuté à des températures < 10°C. Gentiment, les sandres sont descendus vers les obstacles et ont commencé à se rassembler sur les pentes, le moment idéal pour aller les chercher.

 

 

Pour le sandre ce créneau est à ne pas louper puisqu'il permet d'éliminer en partie les comportements pélagiques des gros sujets. On arrive ainsi à retrouver des gros individus postés derrière les obstacles où en chasse sur les pentes d'une bordure. Il sont alors vulnérables et atteignables pour le pêcheur. Et si les pêches en linéaire peuvent être meurtrières, cette année c'est la verticale qui l'a emportée !

Dans des profondeurs comprises entre 7 et 9m, les sandres se tenaient sur des berges en pente où les boules de blancs tournaient. La chute des températures et la teinte des eaux ont suffit à lancer les hostilités avec une forte activité carnassière. Les sandres étaient là pour faire du gras et nous on était présent pour les intercepter et se faire violenter.

Avec des présentations précises il était alors possible de réaliser de magnifiques pêches de sandres sur des moyennes de poissons très honnêtes (> 60cm avec la chance de ferrer plusieurs gros poissons chaque journée). Des instants qu'aucun pêcheur de sandre ne souhaite laisser passer tant il est assez rare sur une saison de mêler la quantité avec la qualité.

Pour autant, les sandres restaient très sélectifs et il ne suffisait pas de laisser tomber un leurre pour faire mouche. La vitesse des dérives, le choix des vibrations ou des couleurs se devaient d'être synchronisés pour multiplier les contacts. Et l'humeur versatile de cette espèce demandait aux pêcheurs de s'adapter à chaque sortie, la vérité d'un jour n'était pas celle du lendemain !

L'occasion pour moi de poursuivre les tests de la nouvelle tresse Sufix G-Core 131. Sur des pêches verticale même faiblement plombé avec des diamètres de 12.8 ou 14.8mm, j'arrivais sans aucune difficulté à maintenir une présentation à l'aplomb ou en semi-diagonale. L'angle trouvé entre moi et ma présentation dépendait de ma vitesse de dérive. Sur les diamètres utilisés, j'ai été conquis par la sensibilité et les sensations de chacune des anomalies sur le leurre. Sur des poissons certains jours tatillons, les touches étaient très nettement perçues et permettaient de valider ou confirmer les schémas de pêche.

Gros sandre julien Himbert VMC Rapala

Depuis les précipitations se sont accentuées et les rivières sont montées. Nos lacs ont débordé et sont passés d'une eau légèrement piquée à une teinte chocolat. Mais cela sera l'objet d'une autre histoire et d'une autre pêche...

D'autres articles