Depuis que je vis aux Etats-Unis, je n’ai que très peu de congés. Lorsque j’en ai, j’essaie d’en profiter au maximum et de programmer mes sessions sur des eaux qui me semblent prometteuses. C’est donc ce que j’ai voulu mettre en place cette année encore en choisissant de passer 5 jours et 4 nuits sur les berges d'un lac qui se situe à quelques heures au nord de New York City. Nous sommes fin Mai, l’eau est encore assez froide, les poissons ne devraient pas encore avoir frayé… Ça peut le faire !

Le dernier week-end de Mai, j’ai ainsi vécu une partie de pêche qui m’a réservé une expérience inédite. Comme je l’écrivais auparavant, mon but était de tomber un peu avant les ébats amoureux pour essayer d’attraper un beau poisson. C’est ce qu’il s’est passé avec, durant les deux premiers jours, quelques fish assez incroyables.

Faire une série de fish de ce gabarit aux Etats-Unis n'est pas monnaie courante!

Il n’est pas simple d’attraper des « grosses » carpes aux Etats-Unis, et en capturer plusieurs sur une seule et même session est un objectif compliqué à atteindre.  C'est ce qu'il s'est passé durant cette partie de pêche, et j’ai eu l’immense bonheur d’en caresser plusieurs en seulement quelques heures…

Quel fish incroyable... Magnifique!!!

Malheureusement, suite à cette belle série, tout s’est arrêté net et mes coups ont été désertés. En discutant avec d’autres pêcheurs, j’ai appris que la fraye avait commencé et que beaucoup de carpes étaient rassemblées à l’autre bout du lac. J’ai pris ma voiture et je suis allé vérifier l’information. Une fois sur place, il n’y avait plus le moindre doute, les ébats amoureux battaient leur plein et ma pêche semblait temporairement compromise.

Suite à cette phase improductive, l’activité a lentement repris son cours, s’améliorant d’heure en heure les deux derniers jours.  Les gros poissons du début n’étaient plus là, « remplacés » par des carpes d’un gabarit bien inférieur. Certaines d’entre elles étaient un peu abimées, d’autres moins, et le poids moyen a fortement chuté.

Le poids moyen des captures a fortement chuté...

Quelques heures avant de partir, j’ai eu une dernière touche. Fait assez surprenant, j’ai rattrapé un poisson que j’avais « rencontré » seulement quelques jours auparavant ! Je n’ai eu aucun mal à le reconnaitre, c’est l’un des plus beaux fish de ma série de grosses carpes ! Ceci étant, la reproduction a laissé des traces, son aspect a bien changé ! Sa couleur est « pâlotte », l’une de ses nageoires pectorales est cassée, et une bonne partie de son poids s’est envolée ! C’est la première fois que j’attrape un poisson le jour avant qu’il fraye et que je le reprends le jour après qu’il ait frayé. C’est une expérience étonnante. Je savais qu’une carpe pouvait perdre beaucoup de poids à la saison des amours, mais là, ça s’est passé « presque sous mes yeux »…

Comme vous pouvez le constater en observant l'une des photos ci-dessus, ce fish n'était pas du tout le même quelques jours auparavant. Il a perdu beaucoup de poids, la couleur est pâle, et l'une de ses nageoires est abîmée...

Suite à cette capture, j’ai décidé de remballer et je suis rentré. Ma session ne s’est pas déroulée exactement comme je l’aurais souhaité. Le fait que les carpes se soient mises à frayer a vraiment créée un break. Ceci étant, je suis ravi. J’ai eu le bonheur d’attraper quelques très beaux sujets, tant d’un point de vue esthétique qu’au niveau du poids, chose plutôt rare aux Etats-Unis. Et puis, comme le disent à juste titre les Américains: « A bad day fishing is always better than a good day working*» ! J

D'autres articles